Homélies mai 2017
Précédente Accueil Suivante Célébrations

Chapelle N-D du Vorbourg / CH-2800 Delémont (JU) / tél/fax + 41 032 422 21 41

Accueil
Remonter
Homélies mars 2018
Homélies février 2018
Homélies avril 2017
Homélies mai 2017
Intentions de prière 2017.htm
Homélies janvier 2016
Homélies avril 2016
Homélies mai 2016
Homélies juin 2016
Homélies juillet 2016
Homélies août 2016.htm
Intentions de prière 2016
Homélies janvier 2015
Homélies février 2015
Homélies mars 2015
Homélies avril 2015
Homélies mai 2015
Homélies juin 2015
Homélies juillet 2015
Homélies août 2015
Homélies septembre 2015
Homélies octobre 2015
Homélies novembre 2015
Homélies décembre 2015
Intentions de prière 2015
Homélies juillet 2014
Homélies août 2014
Homélies septembre 2014
Homélies octobre 2014
Homélies novembre 2014
Homélies décembre 2014
Intentions de prières 2014

 

CHAPELLE NOTRE-DAME DU VORBOURG
CÉLÉBRATIONS du  21 mai au 4 juin 2017

 

Dimanche

21.05.17

Messe

Chapelet

09h30

15h30

6e DIMANCHE DE PÂQUES A

(Saints Martyrs du Mexique)

Lundi

22.05.17

Messe

08h30

Rogations

 Ste Rita de Cascia rel.  

Mardi

23.05.17

Messe

18h00

S. Didier

Mercredi

24.05.17

Messe

08h30

Férie du Temps Pascal

Jeudi

25.05.17

Messe

Homélie

09h30

S. ASCENSION DU SEIGNEUR

Vendredi

26.05.17

Messe

08h30

SS. Grégoire VII pp.
et Philippe Néri p.

Samedi

27.05.17

Messe

08h30

Sainte Vierge Marie au TP

S. Augustin de Cantorbéry év.

Dimanche

28.05.17

 

Messe

 

09h30

7e DIMANCHE DE PÂQUES A

Lundi

29.05.17

Messe

08h30

Férie Temps Pascal

Mardi

30.05.17

Messe

18h00

Ste Jeanne d’Arc, v.

Mercredi

31.05.17

Messe

08h30

F. VISITATION
DE LA VIERGE MARIE

Jeudi

01.06.17

Messe

08h30

S. Justin, m.

Vendredi

02.06.17

Messe

08h30

SS. Marcellin et Pierre m.

Samedi

03.06.17

Messe

08h30

S. Charles Lwanga & Comp. m.

Dimanche

04.06.17

Messe

Chapelet

09h30

15h30

S. PENTECÔTE A

  Confessions : Après-midi : Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi.
Matin: Samedi


MAI

Chrétiens d’Afrique, témoins de la paix : Pour les chrétiens d’Afrique afin qu’ils rendent un témoignage prophétique de réconciliation, de justice et de paix, en prenant pour modèle Jésus Miséricordieux.


 

 

 

21 MAI 2017

 

 6ème Dimanche de Pâques — Année A

Lectures de la messe
Première lecture« Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit S...Ac 8, 5-8.14-17
PsaumeTerre entière, acclame Dieu,
chante le Seigneur !
Alléluia !Ps 65 (66), 1-3a, 4-...
Deuxième lecture« Dans sa chair, il a été mis à mort ; dans l’esprit, il a reçu la vie...1 P 3, 15-18
Évangile« Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur »

Frères et Sœurs,
Jésus dans notre Evangile prépare ses Apôtres à son départ. Le contexte est celui de la dernière Cène, mais il s’applique naturellement à cet autre départ qu’est l’Ascension que nous célébrerons Jeudi prochain.
Le Seigneur va monter au ciel parce que sa mission s’achève, et pour que l’Esprit-Saint puisse commencer la sienne. Vous aurez certainement retenu au cours de ces années passées ensemble, que seuls le Fils et l’Esprit reçoivent dans la Trinité une mission. C’est le Père qui envoie.
Le nom du nouvel envoyé, de celui qui est à l’œuvre paraît bien curieux. Il est le défenseur. Le texte grec utilise le mot de paraclet qui a passé dans la langue française, mais on l’entend, il est vrai moins fréquemment. Il signifie : aide, protecteur, intercesseur, consolateur, on peut encore dire avocat.
Son usage nous porte immédiatement à penser que les temps vont être difficiles. Le Seigneur ne cache pas à ses apôtres la vérité, il leur annonce en quelque sorte qu’ils vont être orphelins, même s’ils ne le resteront pas. Qui a vécu ce type de situation étant jeune, comprend la dureté de ses conséquences. Lorsque des parents s’en vont dans le grand âge, cela fait toujours mal au cœur, même si la nature suit son cours. On devrait être prêt, mais l’est-on toujours et peut-on vraiment l’être sans une aide.
Ce qu’il y a de curieux, à ce moment, c’est ce sentiment perceptible de Jésus qui fait comprendre en quelque sorte, qu’ils ne sont pas encore prêts, qu’ils ne sont pas mûrs pour une séparation qui dans notre esprit s’accorde avec autonomie. En est-ce une ? Pour être debout dans le Christ une aide n’est-elle pas nécessaire ? Le choc de la passion a été violent, ils ont vu Jésus ressuscité, mais manifestement, un peu comme des oiseaux tombés du nid que les parents mettent en sécurité, ils ne sont pas encore en état de voler ou de marcher seuls. Pourtant, ce sont des hommes qui ont passé l’âge de se faire accompagner à l’école.
Au fait, n’avons-nous pas en chacun de nous une fragilité qui nous invite à ne pas nous montrer présomptueux, mais en quoi ?
Il ne va plus s’agir de le voir vivant, comme ils le voient après sa résurrection, mais de vivre son message et le transmettre. Pourquoi ? Parce qu’il veut nous voir unis à lui-même et à son Père en accomplissant ses commandements… Le vrai critère n’est pas seulement celui d’une contemplation superficielle, mais du véritable amour. « Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »
Pour y arriver l’affaire n’est pas mince, tant notre nature a envie de rendre coup pour coup, de se venger ou de fuir par peur des difficultés. C’est à ce moment que nous avons besoin d’une aide qui sort de l’ordinaire.
Nous sommes parfois de fameux tordus, par cupidité, par esthétisme, par désir de puissance, prêts à céder à toutes les passions désordonnées. Nous connaissons nos inclinations à l’orgueil, l’avarice, l’envie, la colère, l’impureté, la gourmandise, la paresse, y compris spirituelle…
Comment être témoins du Christ sans aide ?
Que veut-il donc léguer à ses Apôtres ? Il ne leur laisse pas de fortune, pas d’immeubles, ni de meubles, pas de mobilier, pas de liste de produits pour les astiquer, pas de rente, aucun revenu, pas d’assurance-vie qui met du baume au cœur et de la sécurité, pas de rente d’orphelin, pas de cassette bien cachée. Habituellement, lorsqu’il y a succession c’est cela qui intéresse. Lorsque Jésus s’en va, rien de tout cela. Alors quel intérêt ?
Les Evangiles, ce ne sont pas des mémoires à la manière de Napoléon à Sainte Hélène, avec son secrétaire Las Cases… A la différence de ce type de mémoire, les Evangiles, comme toutes les Ecritures, ont un plus qui les rend actifs. Jésus lègue à ses apôtres un trésor, et ce trésor il va le leur faire parvenir et distribuer par un envoyé qui va leur apprendre à l’utiliser. Ce que Jésus veut nous partager à tous c’est l’amour de son Père et la capacité de l’aimer et de se laisser aimer, de vivre avec Lui. Car en effet, qu’y a-t-il de plus précieux que de demeurer toujours avec quelqu’un qu’on aime. Le temps que nous passons sur cette terre va servir à cela.

La charité chrétienne puise à cette source d'amour, qui est Jésus, le Fils de Dieu offert pour nous. La capacité d'aimer comme Dieu aime est offerte à chaque chrétien comme fruit du mystère pascal de mort et de résurrection. L'amour envers Dieu est rendu possible par le don de l'Esprit disait saint Jean-Paul II. Eh bien, préparons-nous à vivre avec Marie et dans son cœur Immaculé ces moments si importants qui nous attendent. Amen.


 

 

 

25 MAI 2017 - Jeudi -  Ascension

Solennité du Seigneur

Lectures de la messe

Première lecture« Tandis que les Apotres le regardaient, il s’éleva »Ac 1, 1-11

Psaume Dieu s’élève parmi les ovations, le Seigneur, aux éclats du cor.

ou :Alléluia !Ps 46 (47), 2-3, 6-7...

Deuxième lecture« Dieu l’a fait asseoir à sa droite dans les cieux »Ep 1, 17-23

Évangile« Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre »


 

Homélie


 

Alors que les Apôtres fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que, devant eux, se tenaient deux hommes en vêtements blancs qui leur dirent : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? »

Si les Apôtres regardent le ciel, la question que nous, nous nous posons est celle-ci : - Où est-ce que ça c’est passé ? Si nous avons fait le pèlerinage en Terre Sainte, nous disposons d’une réponse rapide : - Sur le Mont des Oliviers.

C’est là qu’il reviendra selon la tradition, les tombes juives y sont en grand nombre pour participer en premier à la résurrection.

En fin limier, comme il se doit, nous nous demandons encore : - Est-ce qu’il reste encore des traces ?

On en montre dans une pierre à l’intérieur d’un petit édifice qui est devenu mosquée. Mais le bon sens nous autorise à un peu de scepticisme. Parfois on voit des représentations des traces de pas de Jésus dans certaines églises italiennes.

Faut-il donc s’attacher à rechercher des traces dans la pierre puisque les anges ont fait comprendre qu’il ne fallait pas s’attacher à regarder le ciel ?

Nous sommes même autorisés à quelques interrogations sur la localisation de l’Ascension, puisque saint Matthieu a indiqué que les onze s’étaient rendus « en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. » Alors s’agit-il du Mont de la Transfiguration ou de celui de la Tentation ? Faut-il suivre Luc ou Matthieu ?

C’est comme si tout allait tout à coup très vite dans les trois autres Evangiles. Emportés par l’Esprit, il n’y a plus qu’une urgence, l’annonce de l’Evangile. Nous sommes bien 40 jours après Pâques… Pentecôte, ça sera 50 jours après Pâques. 40 jours c’est symboliquement un temps de préparation, plus paisible et plus réparateur après Pâques, certes, que les 40 jours de la tentation au désert ou les 40 ans du Peuple vers la terre promise.

L’Ascension vient d’un mot latin "ascensio" qui veut dire monter, s’élever. " Monter aux Cieux ", c’est entrer dans la Gloire de Dieu, c’est la dernière étape visible de la Résurrection. La nuée représente la présence divine. La montée de Jésus au ciel a été annoncée par celle d’Élie sur un char de feu. L’ascension d’Elie le fait échapper à la mort (2 R 2,1-19). Jésus va laisser la place à l’Esprit-Saint, ce qui ne l’empêchera toutefois pas de se manifester à Paul.

Dans les représentations iconographiques, on voit le Christ s’élever dans la nuée, les deux anges, les Apôtres entourant Marie. C’est le temps de la prière avec Marie et de l’attente de l’Esprit. D’autres tableaux en Occident figurent l’Ascension en montrant simplement les pieds de Jésus pénétrant en dernier lieu dans la nuée. On en a un exemple, si vous avez de bons yeux, sur le grand tableau du rosaire. Hans von Kulmbach un peintre de la fin du 15ème début du 16ème siècle, a choisi aussi cette manière. A la différence de Savador Dali, il a  représenté les stigmates du Christ. Est-ce un peu drôle de représenter des pieds? En fait, pourquoi pas ? Marie-Madeleine les a oint et séché de ses cheveux, elle ne voulait plus les lâcher après la Résurrection.

Jésus entre dans la gloire auprès de son Père dans son humanité avec les traces visibles de son sacrifice, et il les lui présente chaque jour. Il est notre grand-prêtre et notre intercesseur. Jusque-là toute la gloire de son corps glorifié dès l’instant de sa Résurrection était encore voilée et sa mission n’était pas encore pleinement accomplie, dans le sens où tout n’était pas mis en oeuvre. Maintenant, il va agir avec plus de force, l’Esprit est pour ainsi dire libéré. " Moi, une fois élevé de terre, j’attirerai tous les hommes à moi " (Jn 12, 32). Le Seigneur a été élevé une première fois sur la croix, mais il l’est aussi au plus haut des cieux lorsqu’il siège à la droite du Père.

Les Apôtres rêvaient encore d’un pouvoir à la manière des rois, à l’instauration d’un règne terrestre, mais le Seigneur leur explique une dernière fois ce dont il s’agit : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. » Il leur parle d’une éducation à la vie éternelle…

Les Apôtres n’étaient pas tristes en rentrant à Jérusalem. Un auteur latin ancien du nom de Sedulius le souligne. Toute tristesse a quitté leur cœur. Ils étaient plein d’espérance, confiants dans la promesse : « Comme ils regardaient, le visage joyeux, le Seigneur s’en aller au-dessus des hautes nuées, et fouler de ses pas le chemin éclatant, pieusement ils l’adorent, et emportent dans l’allégresse de leur coeur cette voie vers le ciel, qu’ils révèlent à tous… Ils étaient les fidèles témoins de la puissance divine, ceux qui, bien qu’ils en aient vu davantage, n’écrivirent que bien peu de ces innombrables bienfaits. »

Ils sont rentrés avec pour mission de mettre en oeuvre une thérapie de l’espérance en se mettant au service de tous par l’annonce de la parole. Mais pour l’appliquer ils devaient encore attendre la venue de l’Esprit qui allait remplir et dilater leurs cœurs.

 

Seul un cœur grand ouvert et empli de l’Esprit « pouvait leur permettre et permettre à l’Eglise d’écouter les histoires de tous, pour  offrir la Parole de vie, le témoignage de l’amour fidèle de Dieu. Alors le cœur des personnes peut brûler d’espérance. » Que Notre-Dame nous enseigne à attendre et accueillir l’Esprit au Cénacle dans la prière en ce temps qui nous sépare de Pentecôte. Amen.

 


Et toujours une intention particulière pour le respect de la vie humaine
de son commencement à sa fin naturelle.


Sainte Catherine de Sienne ; La Bible de la Liturgie ; AELF

 

Laissez-nous vos intentions de prière .  Merci de votre visite. Fr. Dominique et Fr. Paul.